Questions fréquentes

Généralités

Qu’est-ce qu’une école libre hors-contrat ?

Cela signifie que les coûts de fonctionnement de l’école et notamment les salaires des enseignants ne sont pas pris en charge par l’état. C’est l’association l’Arbre Multicolore qui assurera la gestion de l’école.

Respectez-vous les programmes ?

Nous respectons bien entendu le socle commun des connaissances, avec un suivi des compétences par cycle (1, 2 et 3) qui est obligatoire pour toutes les écoles, qu’elles soient hors contrat ou non. Les enfants sont évalués par observation sur la base d’une grille identique à celle de l’éducation nationale. Il n’y a pas d’évaluation écrite ni de notes.

S’il y a une classe unique, elle risque d’être très nombreuse… quel effectif prévoyez-vous ?

La classe est unique, mais structurée en différents espaces afin que chacun puisse être à son aise :  un espace pour les grands et un autre pour les plus petits. Il y aura également une pièce dédiée aux temps calmes et une autre à la musique.
Nous prévoyons un effectif de 30 enfants dans un premier temps.

Pédagogie

Quelle pédagogie allez-vous adopter ?

Parmi les valeurs que nous souhaitons transmettre aux enfants, il y a la flexibilité qui est une qualité cognitive indispensable à la réussite et à l’adaptation au monde. C’est pourquoi nous ne nous affilions pas à une pédagogie unique, mais nous prenons le meilleur de chaque pédagogie, selon notre expérience, et pour nous adapter aux particularités de chaque enfant. Selon le mode intellectuel de l’enfant, une méthode d’apprentissage ou une autre peut permettre de gagner beaucoup de temps. C’est tout l’avantage de ne pas fonctionner en grand groupe classe avec un enseignement unique, et cela permet de s’adapter aux besoins de chacun pour un apprentissage optimal en respectant le mode intellectuel privilégié de chaque enfant (visuel, auditif, kinesthésique).
Nous souhaitons également des apprentissages vivants, en volumes, en 3D, en bougeant,  ne plus se cantonner à l’espace de la feuille ou du cahier mais faire que les apprentissages fassent « sens » pour les enfants, ce qui leur permet d’apprendre avec plaisir et surtout d’intégrer les apprentissages.
Avec ce type de méthode, on s’aperçoit que beaucoup de ce qui était catalogué « trouble de l’apprentissage » (dyslexie, dyspraxie par exemple) s’efface considérablement car on ne limite pas l’enfant à la feuille de papier.
Ce qui n’empêche de travailler l’écrit, mais de façon créative et donc plaisante !
Voici nos méthodes de prédilection :
– Développement des capacités d’organisation et de régulation en s’inspirant de l’expérience de Céline Alvarez
– Maths : pédagogie Montessori pour les petites classes, méthode de Singapour, les frères Lyons,  méthode Stella Baruk (apprentissage de la numération et des mathématiques en se basant sur la langue et le sens)
– Lecture : pédagogie Montessori (apprendre le son des lettres et non le nom des lettres, etc..), Méthode Céline Alvarez à base Montessori, Méthode Borel Maisonny (méthode syllabique gestuée)
– Français: Cléo (compréhension, étude de la langue, répertoire orthographique)
– Jeux éducatifs
– Ateliers: géographie, art, sciences…

Quelles sont les lois naturelles de l’enfant ?

Cela fait référence à une expérience menée par l’enseignante Céline Alvarez, qui a partagé de quelle façon l’adulte pouvait concentrer son action sur la création de conditions environnementales susceptibles de nourrir et d’agir favorablement sur le développement de l’enfant.
Au moment où le cerveau a besoin de ce foisonnement de connexions neuronales pour préparer sa structuration, le jeune enfant est animé d’une vive passion pour l’exploration.  Lorsqu’il touche, attrape, nous appelle, nous étudie, observe le monde avec intensité, son cerveau se construit.
Si nous permettons alors à l’enfant d’explorer, de se mettre en lien avec le monde et d’autres êtres humains, nous lui permettons de réaliser des milliards de connexions et de développer ainsi son intelligence.
L’adulte accompagne par la qualité du niveau de langage qu’il apporte, par l’exigence comportementale et relationnelle qu’il s’applique à lui-même.
L’être humain est câblé pour apprendre par sa propre activité, notamment en faisant des expériences, mais il n’est pas pour autant prédisposé à apprendre seul, sans aucune aide, et c’est là tout le paradoxe : le jeune être humain doit apprendre par lui-même, mais avec l’aide de l’autre.
Comme le dit Céline Alvarez,  « il est temps de revoir notre copie éducative, et d’apporter à l’intelligence humaine en plein développement ce qu’elle demande pour s’épanouir : une guidance nettement plus individualisée et, ce faisant, nettement plus humanisée »

Quels sont vos outils ?

Le principal outil est la relation de qualité qui s’établit à la fois entre enfants et accompagnants mais au sein du groupe d’enfants. Le groupe de pairs est un outil incroyable de développement qui est sous exploité dans une classe où les élèves, tous du même âge, sont assis à l’écoute d’un enseignant unique.
La relation est également la base de l’apprentissage, c’est pourquoi un apprentissage de qualité s’effectue dans un bon climat relationnel, avec un accueil personnalisé de chaque enfant par l’adulte présent.
Il est essentiel que l’enseignant ait une relation de personne à personne avec chaque enfant, notamment le considère comme un être pensant, plein de potentiel. Au lieu de réfléchir à sa place et de chercher à le contrôler, il lui apprend à développer son raisonnement, sa capacité à planifier, à prendre en compte l’environnement, à faire attention aux autres, à observer avec un regard neuf, à prendre de la hauteur dans sa réflexion. C’est une relation intellectuelle qui fait une large place à l’humain.
A partir de ce principe, les outils seront élaborés et renouvelés toujours dans cette optique du développement optimal de l’enfant qui est au cœur de notre projet.
Voici des exemples de ce qui peut être proposé et qui pourra varier : météo des émotions, pleine conscience, jeux coopératifs, relaxation, temps calme, cercle de parole, expression des ressentis, mes personnages intérieurs, rituels d’expression des émotions (cercle de parole avec un objet par ex), tableau avec curseur « météo du cœur », jeux autour de la confiance (yeux bandés, prénom chuchoté) « Quelque chose qui parle de moi » l’enfant décrit un objet qu’il a sur lui…

Votre approche semble souple et bienveillante, mais est-ce sérieux au niveau des apprentissages ?

Les retours sur ce type de fonctionnement sont très positifs en terme de sérieux dans les apprentissages : dans les classes où cela a été mis en place, les enfants avaient de bons résultats, une grande motivation à apprendre et à maintenir leur attention sur une tâche, manifestaient une plus grande autonomie et une capacité à s’entraider et coopérer sur le plan intellectuel.
Cela montre que ce type de méthode est d’une efficacité remarquable, notamment parce qu’elle s’appuie sur des lois naturelles au lieu de forcer les enfants à rentrer dans un moule qui n’a pas toujours du sens.
De plus, il y a un niveau d’exigence plus élevé que la moyenne dans l’apprentissage autonome car l’accent est mis sur l’environnement. Celui-ci doit être impeccable pour que les enfants puissent en bénéficier pour leurs apprentissages (par exemple les adultes ont un niveau de langue soutenu pour exposer l’enfant à un langage construit et développé).

Accompagnants

Qui seront les enseignants ?

Les critères nécessaires pour enseigner sont d’avoir un niveau bac +3.   Nous respectons bien sûr ce critère, cependant nous avons une exigence plus élevée. Marielle, notre enseignante principale, est actuellement enseignante en collège et a été enseignante pour l’instruction en famille pendant plusieurs années.    
La formation académique des enseignants n’est pas nécessairement une référence, en tous cas pas un critère suffisant pour être un enseignant de qualité.
Dans le type de pédagogie que nous souhaitons mettre en place, la qualité de l’enseignant est la base, c’est pourquoi nous sommes et serons très sélectifs dans le choix des enseignants et accompagnants, pas tant sur le plan universitaire que sur le plan d’une véritable capacité pédagogique et relationnelle.

Quelle est votre formation ?

Les enseignants et accompagnants investis sont passionnés de pédagogie, c’est pourquoi ils se forment continuellement dans le domaine de l’apprentissage. Une formation initiale et continue est prévue en ce qui concerne la psychologie de l’enfant, des apprentissages et de la relation. C’est Isabelle qui la dispensera. Cette formation a pour but de fournir toutes les clés pour une relation optimale à l’enfant et à la gestion du groupe d’enfants.
Une formation d’assistante Montessori est également prévue pour Clémence qui interviendra comme accompagnante. D’autres formations viendront s’ajouter au fil du temps en fonction des besoins.
Les enseignants seront également accompagnés par Emilie pour mettre en place les plans d’apprentissage autonome pour chaque enfant.

Avez-vous un directeur ou une directrice ?

Nous avons déjà plusieurs contacts concernant la direction et nous cherchons la personne qui sera la plus proche de notre projet.

Combien d’enseignants et d’accompagnants y aura-t-il dans l’école.

Le nombre d’enseignants et d’accompagnants et fortement lié au nombre d’enfants inscrits. Pour le moment il y aura deux enseignants (Marielle et Isabelle) et un accompagnant (Clémence), et bien sûr en fonction de l’évolution des pré-inscriptions nous pourrons recruter d’autres personnes.

Et après ?

Cette école ne risque-t-elle pas d’être un monde à part, en vase clos, loin du monde réel ?

Nous ne souhaitons pas du tout créer un vase clos, mais au contraire favoriser l’insertion des enfants dans la société dès le début de leur scolarité, par les échanges intergénérationnels, par des projets reliés à la société. Ce type d’apprentissage a pour objet de permettre que chaque enfant pense par lui-même et prenne sa place naturellement dans la société. De plus chaque apprentissage est fait en fonction du sens fondamental, de la logique, puisqu’au lieu de rentrer des connaissances dans le crâne de l’enfant, nous l’accompagnons et l’orientons pour qu’il développe ses propres ressources de réflexion et de recherche.
Sur le plan relationnel, les outils et le travail proposé comme faisant partie de l’apprentissage sur la relation à soi-même et aux autres ne peuvent qu’être une arme supplémentaire pour s’intégrer dans quelque milieu que ce soit…

Comment revenir dans le système classique ensuite, au collège notamment ?

Pour rentrer en 6ème ou 5ème, selon leur année de naissance, les enfants doivent passer un « test de vérification des connaissances ». Ces tests se font dans un établissement du secondaire au mois de mai, une inscription auprès du rectorat doit être faite en amont en précisant le collège de secteur, etc..
D’un point de vue relationnel, l’insertion dans le système classique au niveau du collège ne devrait poser aucun problème, l’enfant sera capable d’utiliser ses ressources propres, ses capacités de réflexion, d’analyse, de synthèse, qui sont des compétences très demandées au collège.  Par ailleurs nous veillerons à la transition avec toute notre attention.

Pourquoi ne pas accueillir les enfants au-delà de 12 ans ?

C’est un très gros projet ! Nous espérons pouvoir ouvrir jusqu’à 16 ans dès la seconde année.  
Il est nécessaire d’abord de prendre nos marques et de recruter un enseignant supplémentaire pour mettre en place un groupe niveau collège.

Infos pratiques et tarifs

Pourquoi le lieu n’est-il pas encore déterminé ?

Nous sommes au tout début des recherches, et même si nous avons des pistes, il est trop tôt pour nous engager sur une localité précisément. Nous vous invitons à nous transmettre les opportunités que vous rencontrerez pour faire de ce projet une réalité.

Quel est le prix de la scolarité ?


Le tarif unique est de 300€ par mois sur 10 mois. Il faudra également prévoir des frais d’inscriptions à hauteur de 120€ par enfant et l’adhésion à l’association dont la cotisation est de 10€ par an.

Le tarif de la scolarité ne sera-t-il pas trop élevé pour certains ?


Nous avons élaboré ce tarif de façon à ce qu’il soit le moins élevé possible, tout en assurant les frais de fonctionnement : loyer, charges, électricité, salaires des enseignants, matériel pédagogique, intervenants extérieurs. Nous ne bénéficions d’aucune aide de l’état et souhaitons pouvoir offrir un environnement et un accompagnement de qualité. Un système de bourse collaborative pourrait être mis en place, nous nous penchons actuellement sur le sujet.

Quels sont les horaires ?


Le lundi, mardi, jeudi, et vendredi, les horaires de l’école sont 8h30 – 16h. Le mercredi, l’école fermera à 12h.
 
Y aura-t-il une garderie ?
L’école sera ouverte le soir jusqu’à 18h30 (sauf le mercredi), et la garderie coûtera 1€ par demi-heure.
 
Y aura-t-il un centre de loisirs pendant les vacances ?
Nous proposerons des semaines  d’animation pendant une semaine à chaque petites vacances scolaires. Les inscriptions seront ouvertes également aux enfants non-inscrits à l’école.
La semaine coûtera 100€ pour les enfants de l’école et 140€ pour les enfants extérieurs.

Divers

Comment allez-vous gérer le déplacement des enfants s’ils vont et viennent à leur guise, notamment à l’extérieur ? Les enfants seront-ils seuls dehors ?

La présence de plusieurs adultes : enseignants et accompagnants permettra d’avoir les yeux partout pour guider les expériences de chacun.  Nous mettons un point d’honneur à ce que les enfants ne soient pas livrés à eux-mêmes, l’œil de l’adulte est toujours là pour les accompagner, cependant nous leur apprendrons à résoudre un maximum de choses par eux-mêmes.
 
Comment organiser la sieste des petits ?


Une pièce sera dédiée au temps calme et au repos avec un coin lecture. Si certains enfants éprouvent le besoin de faire la sieste, cette pièce pourra leur être réservée en début d’après-midi.
 
Si les enfants sont libres de se déplacer, le bruit ne risque-t-il pas de déranger les autres ?


L’un des premiers apprentissages que nous mettrons en place, que ce soit dans la classe ou à l’extérieur, est de ne pas déranger les autres car en effet les enfants sont souvent pris dans des concentrations intenses. C’est pourquoi un enfant en détente ou en exploration sur l’espace extérieur sera aussi guidé pour ne pas déranger les autres.

La vaccination des enfants est-elle obligatoire ?

En temps qu’établissement recevant des enfants et ayant la responsabilité d’enfants, il est obligatoire de demander un certificat de vaccination (photocopie du carnet de santé), ou un certificat de contre-indication, à l’inscription de chaque enfant. Il s’agit de faire respecter la loi, et les écoles hors contrat sont dans la même situation que les autres écoles.

L’école est-elle religieuse ?


L’école est laïque.
 
Quel rapport les enfants entretiendront-ils aux écrans au sein de l’école ?


Les écrans font partie de notre vie, et à ce titre nous ne souhaitons pas les exclure de l’école. Nous envisageons de disposer d’ordinateurs destinés à la recherche, qui ne seraient accessibles qu’aux élèves de plus de six ans.
 
Prévoyez-vous de disposer d’un espace extérieur ?


Oui bien sûr ! Il est essentiel que les enfants puissent sortir quand ils en éprouvent le besoin et être en contact avec la nature ! Nous prévoyons de proposer de cultiver quelques légumes, peut-être d’avoir des animaux si le lieu nous le permet, de faire des promenades dans la nature, des sorties pédagogiques…
 
L’école sera-t-elle accessible aux enfants aux besoins particuliers ?


Tout enfant pouvant être scolarisé à l’école publique peut également l’être à l’Arbre Multicolore. Si l’enfant a besoin d’une AVS, celle-ci sera recrutée et financée par les parents.
 
Y aura-t-il une sensibilisation à l’écologie ?


Oui ! Nous prévoyons d’utiliser le plus de matières naturelles possibles, de faire du compost, d’éviter le gaspillage, d’utiliser des serviettes et du sopalin lavable, etc.